…Dans tous les cas, cette nouvelle approche de l’innovation militaire implique un engagement croissant d’acteurs non-militaires dans l’innovation militaire. Le programme de recherche sur l’ionosphère « HAARP »[14] est un exemple proche de la quintessence de ce processus de S&T-based military innovation. Il n’a pas d’objectif précis en ce qui concerne la production d’un « système d’arme » prédéfini, il ne draine pas de budgets gigantesques[15], mais il mobilise un nombre impressionnant d’institutions militaires et civiles, de laboratoires, d’universités, ou d’entreprises et est porteur d’enjeux capitaux pour le développement des capacités militaires futures. Il permettra probablement de franchir des étapes décisives dans le développement de nouveaux systèmes d’armes, sans qu’aucun des participants n’ait isolement une vision d’ensemble des finalités du programme. Il soulève des questions essentielles quant au respect du droit international, aux techniques de manipulation environnementale et au contrôle des processus biologiques, tout en échappant à tout contrôle politique et scientifique indépendant, étant donné la supervision du Pentagone…..