La présente invention concerne la formation de traînées de fumée à partir d’un aéronef en vol, ainsi que des améliorations apportées à la méthode et à l’appareil utilisés pour sa formation. Elle concerne plus particulièrement l’évacuation de substances solides finement divisées dans le canal d’échappement d’un moteur d’aéronef et ensuite rejetée dans l’atmosphère sous la forme d’une traînée de fumée visible.

Il est bien connu qu’un aéronef peut être utilisé, lorsqu’il est correctement manoeuvré en vol, de sorte qu’une traînée réglementée de fumée peut être faite pour former des signes, des lettres, des caractères ou des mots visibles par les observateurs au sol. Skywriting est un art ancien et de nombreux vols ont été réalisés à des fins publicitaires dans lesquelles la chaleur du tuyau d’échappement du moteur a été utilisée pour vaporiser un liquide en produisant une traînée de fumée visible. Dans une proposition, le carbone en poudre est mélangé avec un liquide vaporisé en laissant tomber le matériau en poudre par gravité 2B depuis un réceptacle et être ajouté près de l’extrémité de sortie du tuyau d’échappement, mais seulement après que le liquide a été vaporisé. Il est également connu d’utiliser un dispositif pour retirer positivement un matériau liquide ou pulvérulent d’un conteneur placé dans un aéronef de façon à produire un nuage uniforme de fumée ou de gaz en vol, mais le liquide ou le matériau pulvérulent ne sont pas vaporisés par passage le tuyau d’échappement du moteur.

Le but de mon invention est de fournir un étau qui assurera un retrait rapide et uniforme d’un matériau en poudre d’un récipient placé dans un aéronef.

Un autre but de mon invention est de fournir un moyen pour décharger le matériau en poudre 85 et contrôler son alimentation dans le tuyau d’échappement d’un moteur d’avion à un point tel que le matériau sera soumis à la chaleur pour la vaporisation.

Un autre objet de mon invention est d’utiliser un colorant paranitraniline pour produire une fumée colorée et un moyen de réguler le nombre et la longueur de ces traînées de fumée.

Ces objets et d’autres seront mieux compris à la lecture de la description suivante et du dessin annexé qui fait partie de la présente demande, et dans lequel: la figure 1 est une vue latérale et une vue en coupe partielle du récipient montrant la position du conduit d’air; à travers le conteneur et la position 0 relative de ces pièces au tuyau d’échappement d’un aéronef.

La figure II est une vue de dessus de la chambre de soupape dans le tuyau dans une position ouverte prise sur la ligne A-A de la figure I.

En se référant maintenant plus en détail aux figures sur le dessin, le conteneur fermé I est monté à n’importe quel endroit approprié dans l’aéronef, de préférence tel qu’illustré dans ce cas, dans le cockpit avant.

IA représente un couvercle ou couvercle pour l’ouverture dans le récipient. Le tuyau 2 s’étend perpendiculairement à travers le centre du récipient I, l’extrémité inférieure se terminant dans et en communication avec le tuyau d’échappement du moteur. 2A représente un type classique de vanne d’arrêt. Une chambre de soupape 3 croise la conduite 2 à l’extérieur et au-dessous du conteneur I et l’obturateur de soupape 3A est adapté pour ouvrir ou fermer le tuyau 2 par le fonctionnement du fil 4 et des ressorts fixés à la chambre de soupape 3 et au volet 3A. Le tuyau 2 s’étend vers le haut à travers le récipient I et se termine dans une embouchure en forme d’entonnoir 5 située à l’extérieur du récipient I. Au niveau et à proximité de la partie inférieure du récipient I, le tuyau 2 est pourvu d’ouvertures d’orifice 6 appropriées. permettre au contenu du récipient I de pénétrer dans le tuyau d’échappement au gré de l’opérateur commandant le volet 3A de la soupape dans la chambre 3 de la soupape.

En fonctionnement réel, le matériau en poudre I entoure le tuyau qui traverse le récipient et peut seulement être déchargé dans le tuyau d’échappement du moteur par les ouvertures d’orifice dans le tuyau près de la partie inférieure du récipient, lorsque l’obturateur est retiré et la soupape dans le tuyau au-dessus du récipient est dans une position ouverte. L’opérateur peut retirer 80 l’obturateur par l’un quelconque d’un nombre de moyens autres que celui décrit dans cette demande, qui consiste à tirer un fil relié à l’obturateur de soupape, ouvrant ainsi le passage dans le tuyau d’échappement. Un courant d’air rapide, dérivé du mouvement vers l’avant de l’aéronef, pénètre dans le tuyau à travers l’entonnoir et produit un effet d’aspiration lorsque le passage vers le tuyau d’échappement est ouvert en retirant le volet de soupape, ce qui entraîne le matériau pulvérulent vers le bas. ouvertures de la canalisation, et est facilement libéré et positivement alimenté dans la chambre d’échappement.

Cet effet d’aspiration est encore accru par l’échappement des gaz d’échappement qui passent à travers le tuyau d’échappement, le résultat étant une assurance d’une alimentation rapide et positive de la matière en poudre dans le tuyau d’échappement.

Il est très évident que la quantité de matière pulvérulente alimentée par unité de temps peut varier dans une large mesure en faisant varier la taille et le nombre d’ouvertures dans le tuyau, et que deux ou plusieurs récipients, correctement raccordés au tuyau d’échappement, pourraient être utilisé pour permettre le déversement de matériaux pulvérulents, ce qui donnerait autant de couleurs différentes de traînées de fumée.

Il est également facile de comprendre que des gaz comprimés peuvent être utilisés à la place de l’air atmosphérique pour le courant gazeux à grande vitesse nécessaire pour alimenter le matériau en poudre. Il peut être avantageux d’utiliser des gaz non oxydants tels que l’azote ou le dioxyde de carbone à la place de l’air dans le système d’alimentation, dans le cas où le matériau formant des nuages ​​est facilement oxydé pendant son mélange avec les gaz d’échappement chauds.

Comme le matériau en poudre est admis dans le tuyau d’échappement, il est soumis à l’action des gaz d’échappement chauds. L’effet des gaz chauds est de vaporiser ou sublimer le matériau en poudre sans le décomposer, produisant ainsi de la fumée. J’ai trouvé que des résultats satisfaisants sont obtenus en utilisant un colorant paranitraniline, cependant, je ne me limite pas à l’utilisation de colorant paranitraniline dans la mesure où d’autres traînées de fumée colorées peuvent être produites en sélectionnant un colorant pour la couleur désirée. On comprend également que d’autres moyens peuvent être prévus pour fournir la chaleur à vaporiser, mais j’ai décrit un moyen pratique, celui d’employer la chaleur des gaz d’échappement. La décharge de la matière pulvérulente dans le tuyau d’échappement est commandée par un obturateur de soupape manuel qui régule l’alimentation dudit matériau, permettant ainsi à l’opérateur de contrôler le nombre et la longueur des traînées de fumée et de faire des signaux visibles dans le ciel. on veut couper la traînée de fumée, comme ce serait le cas en faisant des signaux courts ou une série de lettres, l’opérateur arrête de tirer sur le fil relié à l’obturateur de soupape, ce qui permet au clapet de retourner par une action de ressort. fermer le passage dans le tube.

En répétant cette action, en ouvrant et en fermant le passage vers le tuyau d’échappement en manipulant l’obturateur de soupape, il est évident que l’opérateur est capable de provoquer la formation d’un nombre désiré de traînées de fumée colorées visibles et par une manipulation correcte de l’aéronef peut faire en sorte que les traînées de fumée prennent la forme de lettres, de caractères ou de signes.

Je crois que la construction, le fonctionnement et les avantages de mon invention peuvent être facilement compris à partir de la description précédente, et bien que nous ayons montré et décrit le mode de réalisation préféré, qui a donné des résultats satisfaisants, il faut comprendre que je ne me limiter aux détails, car ils sont susceptibles de modification dans divers détails sans sortir de l’esprit ou de la portée de l’invention.

Ce que je réclame comme nouveau et que je désire obtenir par lettres patentes, est: 1. En combinaison avec un aéronef, un dispositif du caractère décrit, comprenant un récipient fermé muni d’une ouverture dans sa partie supérieure et des moyens appropriés pour fermer ladite ouverture, un moyen pour faire passer des courants d’air à travers ledit récipient sans contact avec son contenu, comprenant un passage continu ayant des ouvertures et traversant coaxialement le récipient, dont une extrémité se termine dans une bouche élargie à l’extérieur et au-dessus du récipient, l’extrémité opposée étant en communication avec le tuyau d’échappement du moteur, un moyen pour ouvrir et fermer le passage au-dessus du récipient, des ouvertures dans ledit passage adjacent à la partie inférieure du récipient, une chambre de soupape coupant le passage sous le récipient et un moyen d’ouverture et fermer le passage dans ladite chambre de soupape.

2. Dans un aéronef, un moyen pour produire des traînées de fumée visibles, comprenant un récipient pour matériau de skywriting en poudre, des moyens pour faire passer un courant d’air à travers ledit récipient pour en retirer une partie du matériau de skywriting sans contact avec le contenu restant dudit récipient, comprenant un passage continu s’étendant à travers ledit récipient et comportant des ouvertures dans les parois latérales, ledit passage étant adapté pour utiliser un courant d’air atmosphérique pour aspirer le matériau en poudre du récipient et dans le tuyau d’échappement, moyennant quoi la chaleur des gaz d’échappement est utilisée pour effectuer la sublimation de la matière en poudre et la production d’une traînée de fumée visible, et des moyens pour contrôler le courant d’air à travers ledit passage, et un moyen pour contrôler l’évacuation de la matière pulvérulente dans le tuyau d’échappement.

3. Combiné avec un aéronef, un dispositif du type décrit, comprenant un conteneur pour un matériau de skywriting, une entrée pour ledit conteneur, une sortie pour ledit conteneur reliée à un tuyau d’échappement dudit avion, une conduite continue s’étendant à travers ledit un récipient et relié à ladite entrée et à ladite sortie, des ouvertures dans ledit conduit disposées à l’intérieur dudit récipient pour l’évacuation à travers celles-ci de parties dudit matériau d’écriture en ciel dans ledit conduit et ledit tuyau d’échappement.

4. En association avec un aéronef, un dispositif de production d’effets de skywriting du type décrit, comprenant un conteneur pour un matériau de skywriting, une entrée et une sortie dudit conteneur, ladite sortie étant connectée au tuyau d’échappement dudit avion, et des moyens pour faire passer des courants d’air produits par le mouvement dudit aéronef à travers ledit conteneur et hors de contact avec le matériau de skywriting contenu dans celui-ci et pour retirer des particules dudit matériau dans ledit tuyau d’échappement, le même composé d’un conduit continu traversant ledit conteneur et ayant des ouvertures dans une partie de celle-ci pour l’échappement dudit matériau d’écriture en ciel et connectées à ses extrémités à l’entrée et à la sortie dudit récipient.

GLEN H. MOREY.