Brevet 3722183 – Dispositif pour éliminer les impuretés de l’atmosphère – 1973

L’utilisation d’un champ électrostatique de manière à utiliser des éléments opposés chargés de façon à charger des particules qui acquièrent la même charge que l’une des électrodes ou plaques et qui sont ensuite attirées vers l’autre électrode ou plaque est bien connue comme particulièrement décrite dans la livre intitulé « Basic Electricity » par Abraham Marcus (2e édition – 1964, pages 19, 20 et 21).

L’art antérieur le plus proche dont le demandeur a connaissance est le Brevet U.S. No. 895,729 à F. G. Cutrell, accordé le 11 août 1908.

Le but de l’invention est d’améliorer l’appareil de manière à faciliter le réglage de l’espacement entre les électrodes en fonction des conditions atmosphériques, et de permettre l’arrangement de la taille et du nombre d’électrodes de manière à: accomplir la purification de grandes masses d’air, particulièrement pour fournir un dispositif par lequel l’air pourrait être traité et purifié dans des masses suffisamment grandes pour libérer l’atmosphère de soi-disant smog.

DESCRIPTION BRÈVE DES DESSINS

FIG. 1 est une vue en perspective d’un agencement d’une batterie d’électrodes en fibre de verre dans un ensemble de fonctionnement.

FIG. 2 est une vue de face d’une batterie d’électrodes sur le châssis réglable.

FIG. 3 est une vue de côté partiellement en coupe de la batterie desdites électrodes.

FIG. 4 est une vue de détail des cônes d’électrode indiquant l’électro-aspiration sur le cône extérieur.

FIG. 5 est une vue détaillée partiellement en coupe indiquant le câblage électrique sur le cône d’électrode interne.

FIG. 6 est une vue détaillée d’électrodes cylindriques partiellement en coupe.

FIG. 7 est une vue en plan de dessus des électrodes cylindriques.

FIG. 8 est une vue de côté d’une électrode cylindrique intérieure plus petite.

FIG. 9 est une vue en plan de la Fig. 8.

FIG. Les figures 10 et 11 sont respectivement des vues de côté et en plan d’une électrode interne cylindrique de taille différente.

DESCRIPTION DÉTAILLÉE

Dans le mode de réalisation illustratif de l’invention représenté sur les Fig. 1 à 5 inclusivement, une pluralité de cônes dialectriques externes 1 sont supportés en registre avec des cônes internes dialectriques correspondants 2. Sur le châssis 3 qui supporte les cônes dialectriques externes 1 selon un motif prédéterminé, sont également supportés une pluralité de ventilateurs ou soufflantes 4 électriquement actionné dans le but de faire circuler l’air et de souffler l’air à travers la plus petite extrémité 6 du cône extérieur 1 et ensuite à travers l’extrémité la plus petite 7 du cône intérieur 2 et à travers l’espace 8 entre les cônes 1 et 2.

Le cadre 9 sur lequel les cônes intérieurs 2 sont convenablement montés est supporté sur une base de chariot 11 munie de roues 12 qui roulent dans des pistes appropriées 13 comme représenté sur les Fig. 2 et 3. De cette manière, la position relative des cônes 2 dans le cône extérieur respectif 1 peut être ajustée en fonction des conditions atmosphériques.

Comme montré sur la Fig. 4, un fil conducteur 16 est enroulé autour ou encastré dans le cône externe 1. Le cône externe 1 est fait de matériau diélectrique, de préférence de fibre de verre, et sa surface intérieure est revêtue de laine de verre 17 comme indiqué sur la Fig. 5. Le cône intérieur 2 a un fil conducteur 18 collé à sa périphérie interne comme montré sur la Fig. Expérimentalement, les proportions suivantes se sont révélées les plus efficaces: la plus grande extrémité du cône extérieur 1, d’environ 32 pouces de diamètre, et la plus petite extrémité de ce cône, d’environ 12 pouces. pouces, la longueur du cône extérieur étant d’environ 32 pouces; le cône est fait de fibre de verre d’environ un quart de pouce d’épaisseur. Le conducteur 16 est de préférence cimenté à la périphérie extérieure. La plus grande extrémité du cône interne mesure environ 24 pouces, sa plus petite extrémité étant de 12 pouces et sa longueur d’environ 24 pouces; le cône de fibre de verre étant d’environ un quart de pouce d’épaisseur.

Le fil conducteur 16 est connecté par des fils appropriés 21 à une borne de source d’électricité appropriée et le fil interne 18 est connecté par des fils appropriés 22 à la borne opposée de source d’électricité appropriée, moyennant quoi un champ électrostatique est créé entre les cônes.

L’intensité du champ électrostatique est déterminée par la différence de potentiel entre les électrodes opposées formées par les cônes interne et externe et elle peut également varier en fonction de la position relative des cônes intérieurs réglables 18. L’unité est entourée d’une paroi appropriée, telle comme des parois de tente 23, représentées sur la Fig. 1 pour former un brise-vent au niveau du sol.

Ainsi, l’air de l’atmosphère est aspiré dans la zone par les ventilateurs ou soufflantes 4 et il est forcé de s’écouler à travers les extrémités ouvertes des électrodes coniques 1 et 2. Comme l’air se déplace de la plus petite extrémité du cône externe 1 vers le Les particules acquièrent la même charge que celle de l’électrode externe 1 et sont repoussées du cône externe et viennent en contact avec les surfaces des cônes intérieurs 2 et y adhèrent. Telles des particules qui peuvent acquérir la charge du cône interne 2 volent contre et adhèrent à et sont collectées sur la surface interne du cône externe 1.

En pratique, l’espacement entre la périphérie interne du cône externe 1 et la périphérie externe du cône intérieur 2 est normalement d’environ quatre pouces en fonction des conditions atmosphériques et d’autres conditions atmosphériques et peut être séparé même dans la mesure représentée sur la Fig. 4.

Les fils de connexion 21 et 22 qui fournissent respectivement des charges opposées aux cônes diélectriques 1 et 2 sont connectés à un générateur d’alimentation en courant d’environ 45 000 volts à chaque ensemble de cônes externe et interne. Les cônes capteront pratiquement toutes les particules, même les particules moléculaires les plus fines et aussi les gaz. Lorsque l’air passe à travers et autour des cônes, ces particules et ces matériaux se déposent sur les cônes et sur toutes leurs surfaces. Les ventilateurs ou aspirateurs aspirent et font circuler l’air dans et autour des cônes.

Dans la forme représentée sur les Fig. 6 à 11, un tambour diélectrique externe 31 est supporté en permanence sur un pied 32. Un tambour interne remplaçable 33 est supporté au moyen d’un moyeu 34 sur des rayons 36 sur un arbre central 37 sur une base 38. Le tambour interne 33 peut être ainsi remplacé par un tambour plus grand 39 représenté sur les Fig. 10 et 11 ou par un tambour 41 de plus petite circonférence représenté sur les Fig. 8 ou 9, respectivement, pour réduire ou augmenter l’espace, et le champ correspondant entre les tambours externe et interne. Ces tambours sont également chargés par un câblage approprié avec un courant d’environ 45 000 volts et ils sont efficaces sur de plus grandes distances. Les batteries de tels ensembles de tambours peuvent être disposées vers le haut.