Brevet 3808595 – Système de distribution Chaff – 1794

1. Système de distribution de particules réfléchissantes radar comprenant:

2. une ouverture,

3. particules réfléchissantes radar dans un support liquide,

4. Système de distribution selon la revendication 1, comprenant en outre:

5. Système de distribution selon la revendication 2, dans lequel lesdits moyens de variation comprennent;

6. Système de distribution selon la revendication 1, dans lequel ladite dispersion est une suspension dans laquelle les particules solides et le véhicule liquide ont sensiblement la même densité, et le véhicule liquide est hautement volatil sous l’utilisation.

7. Système de distribution selon la revendication 4, dans lequel ledit élément mobile est une vessie flexible tapissant l’intérieur dudit récipient et ladite dispersion.

8. Système de distribution selon la revendication 5, comprenant en outre:

9. Moyens de distribution selon la revendication 6, comprenant en outre:

10. Système de distribution selon la revendication 7, dans lequel lesdits moyens de variation comprennent:

11. Une suspension à utiliser dans la fabrication de nuages ​​de chaume comprenant des brins réfléchissants radar suspendus dans un support liquide non réactif avec lesdits brins, ledit support liquide et lesdits brins ayant sensiblement la même densité, ledit support liquide étant hautement volatil lors de sa libération dans l’atmosphère sous conditions d’utilisation, et lesdits brins étant électriquement conducteurs et comprenant des métaux, des non-conducteurs revêtus de métal, et métallisés

12. Suspension selon la revendication 9, dans laquelle la masse volumique est comprise entre environ 0,05 livre par pouce cube et 0,07 livre par pouce cube.

13. Suspension selon la revendication 10, dans laquelle ledit véhicule liquide est un fluorocarbure de Fréon.

CONTEXTE DE L’INVENTION

La présente invention concerne un système de distribution de particules réfléchissantes radar convenant particulièrement à une utilisation avec des véhicules aéroportés, tels que des aéronefs, des planeurs, des missiles, et analogues, et une nouvelle suspension utilisée dans un tel système.

Depuis presque l’invention du radar, on sait que de petites particules de matériau conducteur distribuées sous forme de nuage dans l’atmosphère inhibent le radar. Ce matériel est le plus souvent distribué par des engins aéroportés pour perturber ou saturer les radars au sol ou aéroportés, mais il a aussi d’autres utilisations, par exemple dans la pratique du repérage radar.

Ce matériau conducteur reflète l’énergie des micro-ondes et est communément appelé chaff. Il est formé de brins ou bandes conducteurs étroits qui agissent comme des dipôles résonants à la fréquence du radar. Lorsque ces dipôles sont distribués en nombre suffisant, le nuage résultant produit une section radar équivalente à celle d’un avion et suffisante pour bloquer la discrimination radar des aéronefs. Les dipôles individuels de la balle ont typiquement une largeur de 1/32 à 1/8 pouce et une longueur égale à environ la moitié de la longueur d’onde à la fréquence du radar. Le long développement et l’utilisation de paillettes conventionnelles ont abouti à un produit efficace qui peut facilement produire la section transversale radar totale souhaitée.

Un certain nombre de techniques ont été utilisées dans le passé pour distribuer un corps de balle provenant d’un récipient. Un tel distributeur utilise un pyrotechnique générateur de gaz qui, lorsqu’il est allumé, génère du gaz pour expulser la balle radar du conteneur. L’un des problèmes de cette approche est que l’éjection des bandes fragiles d’un avion à grande vitesse produit une agitation violente pendant la décélération, ce qui peut entraîner de graves dommages aux différentes particules de paillettes. En outre, les particules peuvent être brûlées par des détonations pyrotechniques ou devenir ouatées de sorte qu’elles tombent au sol dans une masse lorsqu’elles sont éjectées. Une solution proposée a été de lier la balle ensemble dans un paquet de papier qui se sépare de la paille après l’éjection. Cependant, le faisceau de paillettes est alors concentré dans un petit volume et sa distribution dans un large nuage par l’étalement naturel et les courants de vent est relativement lente.

Une autre approche de l’art antérieur est montrée dans le brevet U.S. Pat. US 3 626 415 dans lequel un module contenant la balle est éjecté en tant qu’unité. Une membrane flexible recouvre les parois intérieures du module et un générateur de gaz est placé sous la membrane. Le générateur de gaz est programmé pour fonctionner après que le boîtier du module a décéléré à une vitesse à laquelle la balle peut être expulsée doucement. La pression générée pousse la membrane vers l’extérieur, l’inversant complètement et expulsant la balle. Bien que cette approche ait résolu certains des problèmes, elle a abouti à une plus petite charge utile de paillettes car un plus grand volume de la paillasse doit être occupé par les modules individuels et le générateur de gaz dans chaque module.

U.S. Pat. Le brevet US 3 222 675 décrit un procédé de sublimation pour libérer une balle dans une ceinture autour de la terre. Alors que ceci fournit une libération contrôlée des dipôles, il est évidemment prévu d’être un processus lent. D’autres brevets tels que le brevet américain U.S. Le brevet des Etats-Unis d’Amérique n ° 3 068 472 et le brevet U.S. Le document US-A-3 519 221 montre l’utilisation de soufflantes pour aider à l’éjection de paillettes.

Résumé de l’invention

Le système de distribution de paillettes et le procédé de la présente invention permettent la distribution rapide d’un grand volume de paillettes dans un court intervalle de temps avec une formation rapide de nuages ​​de paillettes et un endommagement minimal des particules de paillettes. La balle est suspendue dans un liquide ayant sensiblement la même densité que celle de la paille et le liquide est choisi pour être hautement volatil de sorte qu’il se vaporise rapidement après la distribution et n’affecte pas défavorablement la formation de nuages ​​de paillettes. L’utilisation d’une bouillie liquide / balle permet d’utiliser des principes hydrauliques et pneumatiques dans la manipulation et la distribution de la balle. De préférence, la distribution de paillettes et la couverture nuageuse résultante peuvent être contrôlées en contrôlant le débit de la suspension. Par exemple, lorsque la balle doit être utilisée comme une contre-mesure électronique, le débit peut être sélectionné pour la zone de nuage et la densité désirées et fournir ainsi une couverture de saturation ou de blindage.

Conformément aux buts de l’invention, tels que représentés et largement revendiqués ici, le système de la présente invention comprend un récipient ayant une ouverture, une dispersion contenue dans ledit récipient, ladite dispersion comprenant des particules réfléchissantes radar dans un support liquide, un élément mobile ayant deux côtés, dont un côté est en contact avec ladite dispersion, et des moyens pour appliquer une pression sur le côté opposé dudit élément mobile pour provoquer son déplacement et l’éjection de ladite dispersion à travers ladite ouverture.

Conformément aux objectifs de l’invention, tels que représentés et largement décrits ici, la nouvelle suspension utilisée pour fabriquer des nuages ​​de chaume comprend des brins réfléchissants radar suspendus dans un support liquide non réactif avec lesdits brins, ledit support liquide et lesdits brins ayant sensiblement la même densité, ledit support liquide étant hautement volatil lors de sa libération dans l’atmosphère dans des conditions d’utilisation, et lesdits brins étant électriquement conducteurs et comprenant des métaux, des non-conducteurs revêtus de métal ou des non-conducteurs métallisés.

De préférence, la vitesse d’écoulement de la dispersion ou de la suspension peut être modifiée afin d’obtenir un nuage de paillettes d’une densité souhaitée.

Il est également préféré que l’élément mobile soit une vessie flexible qui réagisse à la pression appliquée pour forcer la suspension à partir du récipient.

L’invention consiste en un nouvel appareil, des constructions, des agencements, des combinaisons, des procédés et des améliorations présentés et décrits. Les dessins annexés, qui sont incorporés dans et font partie de la description, illustrent un mode de réalisation de l’invention et, avec la description, servent à expliquer les principes de l’invention.

D’autres objets et avantages de l’invention seront exposés en partie dans la description qui suit, et seront en partie évidents à partir de la description, ou peuvent être appris par la pratique de l’invention. Les objets et avantages de l’invention peuvent être réalisés et atteints au moyen des instruments et des combinaisons particulièrement indiqués dans les revendications annexées.

DESCRIPTION BRÈVE DES DESSINS

FIGUE. 1 est un mode de réalisation schématique d’un système de distribution de paillettes amélioré construit conformément à l’enseignement de cette invention;

FIGUE. 2 est un schéma de la Fig. 1 avec la vessie dans une position effondrée;

FIGUE. 3 est un mode de réalisation schématique alternatif d’un système de distribution de paillettes amélioré construit conformément à l’enseignement de cette invention; et

FIGUE. 4 est un graphique représentant les vitesses d’écoulement de la suspension par rapport à la pression appliquée pour plusieurs tailles d’ouvertures d’éjection.

DESCRIPTION DES MODES DE REALISATION PREFERES

On se référera maintenant en détail aux présents modes de réalisation préférés de l’invention, dont des exemples sont illustrés sur les dessins annexés.

En se référant maintenant aux dessins, et en particulier à la Fig. 1, on a représenté un mode de réalisation schématique d’un système de distribution de paillettes 10 qui peut être transporté par un véhicule aéroporté, tel qu’un avion, un planeur, une fusée, un missile ou analogue, de sorte que les particules réfléchissantes radar dans le système peuvent être distribuées en altitude lorsque vous le souhaitez.

Conformément à l’invention, le système comprend un conteneur 12 représenté ici de préférence de forme cylindrique mais pouvant évidemment comporter d’autres formes. Une ouverture 14 est formée à l’extrémité de sortie du récipient 12 pour servir d’orifice pour l’éjection du contenu du récipient, comme expliqué plus tard. Comme représenté ici, une ligne ou conduite 16 est raccordée à l’ouverture 14 pour transporter le contenu du conteneur 12 lors de l’éjection. Une soupape 18 est placée dans la conduite 16 pour contrôler l’écoulement à travers cette ligne.

Conformément à l’invention, une dispersion est contenue dans le récipient 12, une telle dispersion comprenant des particules réfléchissantes radar dans un support liquide. Comme représenté ici, la dispersion est formée sous la forme d’une suspension 20 de nombreuses particules, partiellement identifiées ici par le numéro 22, dispersées dans un véhicule liquide. Les particules 22 sont constituées de bandes dipolaires appelées chaff, comme discuté ci-dessus.

Conformément à l’invention, il est prévu à l’intérieur du récipient 12 un élément mobile ayant deux côtés, dont un côté est en contact avec la dispersion 20. Comme représenté ici, le moyen mobile est une vessie souple 24 qui tapisse les parois intérieures de la Le récipient 12 est en forme de coupe avec son extrémité ouverte scellée au récipient 12 par tout moyen approprié pour empêcher la fuite de la bouillie 20. De préférence, la bouillie 20 est contenue à l’intérieur de la vessie 24. La plaque d’extrémité 26 du récipient 12 est représentée amovible pour permettre au bord de la vessie 24 d’être placé et scellé entre la face inférieure de la plaque 26 et la paroi latérale du récipient 12. La vessie 24 est faite de tout matériau approprié qui est non réactif avec les ingrédients de la boue 20. Si nécessaire ou souhaitable, la vessie 24 peut complètement enfermer la suspension. Dans ce cas, la vessie est munie d’une ouverture de sortie alignée avec l’ouverture 14.

Conformément à l’invention, des moyens sont prévus pour appliquer une pression sur le côté opposé de l’élément mobile pour provoquer son déplacement et l’éjection de la dispersion à travers l’ouverture 14. Comme représenté ici, la vessie souple 24 est conçue pour être repliée par le l’application de la pression du gaz à sa surface extérieure de sorte que la suspension 20 soit expulsée de l’ouverture 14 sous la pression appliquée. En figue. 1, les moyens d’application de pression sont réalisés comme un tuyau ou une conduite 28 qui communique avec l’intérieur du conteneur 12 et ainsi la surface extérieure de la vessie 24 à travers une seconde ouverture 30 formée dans le conteneur 12. Une vanne 32 contrôle l’application de gaz sous pression d’une source de gaz. A titre d’exemples, la source de gaz peut être un générateur de gaz pyrotechnique, un réservoir d’air comprimé, un compresseur d’air, ou de l’air dynamique résultant du mouvement du véhicule aéroporté portant le distributeur 10.

Comme noté ci-dessus, la suspension 20 est une dispersion de particules de paillettes 22 dans laquelle les particules de paillettes sont distribuées essentiellement de manière uniforme dans tout le support. Des densités similaires pour la balle et la boue liquide sont essentielles pour s’assurer que la balle reste en suspension aussi longtemps que possible. Dans un mélange de particules et de suspension, l’action de décantation est principalement due à la gravité. Si les deux matériaux ont la même densité, la force gravitationnelle est la même sur les deux; par conséquent, il n’y a pas de force de séparation relative entre les deux matériaux et les particules restent réparties uniformément en suspension dans la suspension.

Dans le cas où la sédimentation devrait se produire pendant le stockage, la manipulation ou le vol, un collecteur 34 est de préférence immergé dans la suspension pour assurer l’agitation de la suspension avant sa distribution. Le collecteur 34 est représenté ici comme étant un tube creux allongé ayant une pluralité de trous 36 formés à l’intérieur sur toute sa longueur. Le collecteur est relié à une conduite de gaz 38 à travers une troisième ouverture 40 formée dans le récipient 12. La canalisation 38 fournit du gaz d’agitation sous pression au collecteur, et ce gaz est dévié dans la bouillie par des trous 36 pour agiter ou agiter la bouillie et maintenir répartition égale des particules de paillettes. L’application du gaz est sous le contrôle de la vanne 42 positionnée dans la ligne 38. Une ligne d’évent 44 pour le gaz d’agitation communique avec l’intérieur de la vessie 24 à travers une quatrième ouverture 46 formée dans le conteneur 12. Une vanne 48 commande l’ouverture et fermeture de la ligne de ventilation 44.

Avant la distribution, la vanne 42 est ouverte et le gaz d’agitation est injecté dans la bouillie 20 par l’intermédiaire des trous 36 dans le collecteur pour bien mélanger la balle 22 et le support liquide. La soupape 48 est ensuite ouverte brièvement et le gaz d’agitation est évacué du récipient 12 par la conduite 44. Après que l’agitation est terminée et que les soupapes 42 et 48 ont été fermées, la soupape 32 est ouverte pour admettre du gaz sous pression dans le récipient 12. pour fournir un trajet de sortie pour la suspension 20. L’accumulation de pression à l’intérieur du conteneur 12 agit sur la surface extérieure de la vessie 24 en provoquant son affaissement. La pression sur la vessie est transférée à la suspension et celle-ci est éjectée du conteneur 12 à travers l’ouverture 14 et la ligne 16 et pénètre dans l’atmosphère pour former le nuage de paillettes externe.

Lorsque le gaz sous pression continue d’être appliqué à travers la conduite 28, la suspension continue à être distribuée depuis le conteneur 12. La distribution peut être interrompue à tout moment par la fermeture des vannes 18 et 32. Si l’on souhaite distribuer toute la suspension 20 le récipient, ensuite le gaz sous pression est appliqué au récipient 12 jusqu’à ce que la vessie soit complètement affaissée comme montré sur la Fig. 2. A ce moment, pratiquement toute la suspension a été distribuée depuis le récipient 12.

Lorsque la suspension pénètre dans l’atmosphère, les particules de paillettes sont momentanément enfermées dans le support liquide et sont donc moins soumises à l’agitation violente pendant la décélération que l’on rencontre lorsque les particules de paillettes sont éjectées individuellement d’un avion à grande vitesse. Le véhicule liquide est choisi pour être hautement volatil dans les conditions d’utilisation et s’évapore ainsi lors de l’exposition à l’atmosphère. Les nombreuses particules de paillettes sont laissées, exemptes de tout liquide de confinement, dans une traînée derrière, au-dessous ou au-dessus du véhicule de transport pour former le nuage désiré.

Une variante de réalisation du système de distribution est représentée sur la Fig. Comme représenté ici, la vessie 24a a sa partie avant repliée et scellée à l’intérieur du récipient 12 par collage, thermosoudage ou tout autre moyen approprié. Ce joint est représenté par la référence numérique 50 et s’étend de préférence sur toute la surface périphérique de la vessie 24a depuis la pointe du pli jusqu’à l’avant du récipient 12. De cette manière, la suspension 20 est empêchée de suinter entre la partie repliée de la vessie et l’intérieur du récipient. Lorsque la bouillie est chargée dans le récipient 12, elle entre en contact à la fois avec la surface intérieure exposée de la vessie et avec la surface intérieure du récipient. Si nécessaire, les surfaces mises en contact du conteneur peuvent être revêtues d’un revêtement inerte pour empêcher la réaction avec les ingrédients de la suspension.

Le reste de l’appareil représenté schématiquement sur la Fig. 3 est essentiellement la même que sur la Fig. 1, sauf qu’un autre moyen d’application de pression est représenté. Comme représenté ici, ce moyen comprend un générateur de gaz 52, qui peut être une composition pyrotechnique, monté sur la surface avant interne du récipient 12. Des fils électriques 54, ou en variante un fusible, sont connectés à un moyen d’activation (non représenté) une ouverture scellée 30a formée dans le récipient. Si nécessaire, une grille ou un écran similaire (non représenté) peut être placé sur le générateur de gaz 52 pour protéger la surface externe de la vessie 24a pendant la combustion. Lorsqu’il est temps de distribuer la bouillie 20, le générateur de gaz 52 est allumé et la soupape 18 dans la conduite de sortie 16 est ouverte. Le pyrotechnique générateur de gaz commence à brûler et le gaz émis crée une pression contre la vessie 24a. Sous cette pression appliquée, la vessie commence à se déplacer vers la droite, comme on le voit sur la Fig. 3, d’une manière dépliante et expulse la suspension du récipient à travers l’ouverture 14. La distribution est terminée lorsque la vessie a été complètement dépliée sous la pression du gaz et recouvre essentiellement toute la surface intérieure du récipient 12.

Dans les deux modes de réalisation, la vitesse d’écoulement de la suspension provenant du conteneur 12 est contrôlée par la taille de l’orifice de sortie 14 et la pression du gaz d’expulsion. Le débit, bien sûr, déterminera la quantité de bouillie distribuée. En supposant une densité de chargement constante des particules de paillettes dans le véhicule liquide et une altitude et une vitesse constantes du véhicule, le débit détermine la densité du nuage de paillettes résultant. Comme cela devrait être clair d’après la description précédente, un avantage principal de l’utilisation d’un support liquide est qu’il fournit un mécanisme de distribution de paillettes facilement contrôlable. Des techniques hydrauliques et pneumatiques peuvent ainsi être facilement utilisées pour faciliter la manipulation et la distribution de la balle.

Conformément à l’invention, il existe des moyens prévus pour faire varier la vitesse d’écoulement de la dispersion à partir du récipient 12. Comme représenté ici et en référence à la Fig. 1 encore, il y a des moyens représentés pour contrôler la pression du gaz appliqué sur le côté opposé de l’élément mobile. De préférence, ce moyen de commande comprend une commande de soupape variable 60 par laquelle l’écoulement du gaz de pressurisation à travers la conduite 28 dans la chambre 12 est commandé. En contrôlant la masse de gaz de pressurisation qui est admise dans la chambre 12, la pression sur la vessie 24 est contrôlée et ainsi le débit peut être ajusté pour obtenir un nuage de balles de la densité désirée.

Une variante de réalisation des moyens de variation du débit est présentée schématiquement sur la Fig. 3 comme orifice variable 14. Comme représenté ici, la plaque d’extrémité 26a est représentée comme ayant une glissière mobile qui peut être positionnée pour sélectionner la taille désirée pour l’orifice 14. En pratique, il peut être plus faisable d’avoir en main une série de dimensions la réduction des inserts pour l’ouverture 14, ou une série de plaques d’extrémité avec une variété de tailles d’ouvertures, de sorte que la taille de l’ouverture est présélectionnée de cette manière. En tant qu’autre alternative encore, l’ouverture 14 peut être fixée à une taille et la soupape 18 soit rendue variable ou préréglée pour s’ouvrir quelque part entre un réglage complètement fermé et totalement ouvert pour obtenir le débit souhaité.

FIG. 4 montre un graphique dans lequel le débit est tracé en fonction de la pression pour quatre tailles d’ouvertures différentes. En sélectionnant correctement le diamètre d’ouverture et la pression appliquée à la vessie, on voit qu’un débit souhaité dans une large gamme de débits peut être atteint. Ainsi, ceci permet la sélection d’une large gamme de densités de nuages ​​de paillettes.

Bien que le récipient 12 ait été schématiquement représenté pour faciliter l’illustration, il devrait maintenant être évident qu’en pratique un certain nombre de structures équivalentes sont disponibles. Il en va de même pour l’appareil particulier utilisé avec le conteneur 12. Par exemple, il entre dans le cadre de l’invention que des vannes appropriées autres que les électrovannes représentées puissent être utilisées. En outre, il devrait être apparent que la ligne ou le tuyau 16 peut être positionné pour évacuer la suspension dans n’importe quelle direction désirée, et peut être formé comme un tuyau flexible ou incorporer une buse. De même, si l’on souhaite expulser tout le coulis de la chambre 12 à la fois, il peut ne pas être nécessaire d’utiliser une vanne 18 dans la ligne 16. Au lieu de cela, un diaphragme ou disque pouvant être rompu peut être utilisé pour sceller l’ouverture. 14. En utilisation, lorsque la pression sur la vessie 24 atteint un niveau prédéterminé, le diaphragme se rompt et la suspension 20 est expulsée à travers l’ouverture 14.

Conformément à l’invention, le support liquide dans lequel les brins réfléchissants les radars sont suspendus est hautement volatil de sorte que lors de sa libération dans l’atmosphère dans des conditions d’utilisation, il se vaporise immédiatement en ne laissant que les brins réfléchissants radar. Ce support est choisi pour être non réactif avec les particules de paillettes de sorte qu’elles ne se décomposent pas ou ne soient pas altérées d’une autre manière lorsqu’elles sont en contact avec le support. Comme discuté précédemment, la densité de ce support liquide et des brins de paillettes est sensiblement la même, de sorte que les brins tendent à rester uniformément répartis dans le support pendant la manipulation et la distribution. Des densités comprises entre environ 0,05 livre par pouce cube et 0,07 livre par pouce cube se sont révélées particulièrement appropriées.

Un exemple d’un véhicule liquide approprié ayant les propriétés précédentes est un fluorocarbure de Fréon. Certains de ces fluorocarbures ont un point d’ébullition bas, mais ceux qui le sont peuvent être maintenus dans un état fluide avec une pressurisation relativement faible. Ainsi, si nécessaire en pratique, la suspension peut être initialement mise sous pression afin de maintenir le liquide à bas point d’ébullition dans un état liquide jusqu’à l’éjection dans l’atmosphère. Les densités des composés fluorocarbonés de Fréon varient, et un composé particulier peut être choisi qui correspond sensiblement à la densité des brins de paillettes. Le fréon 12 (CCI2 F2) et le fréon 21 (CHCI2 F) semblent particulièrement appropriés.

L’altitude à laquelle le vecteur volatil doit être utilisé doit également être prise en compte lors de la sélection d’un liquide candidat. Par exemple, s’il est prévu de distribuer la bouillie entre 20 000 pieds et 40 000 pieds, alors le support choisi doit subir une ébullition volatile dans cette plage d’altitude. Les températures ambiantes à ces altitudes devront également être vérifiées pour s’assurer que le véhicule liquide choisi se vaporisera aux températures généralement plus basses qui seront rencontrées en altitude. Pour la manipulation, le liquide doit de préférence avoir un point d’ébullition au-dessus du niveau de la mer, mais comme indiqué ci-dessus, un état fluide peut être maintenu avec une légère mise sous pression si nécessaire.

Bien qu’il soit difficile de définir précisément le terme « très volatil » utilisé ici pour définir une propriété du support liquide, il devrait être clair à la lecture de cette spécification qu’il est essentiel pour la formation réussie de nuages ​​de paillettes que le support liquide soit ce type qui s’évapore essentiellement immédiatement lors de sa libération dans l’atmosphère dans des conditions d’utilisation, de sorte que la grande quantité de brins de balle qui ont été déployés n’est pas écrasée par le liquide et amenée à tomber après la distribution. De cette manière, la densité souhaitée du nuage de paillettes peut être ajustée avec précision en connaissant la densité ou la concentration de chargement des dipôles dans la suspension et le débit prédéterminé.

Les particules ou brins réfléchissant le radar sont bien connus et peuvent être formés de n’importe quel matériau approprié pour une telle utilisation. A titre d’exemples, le matériau de brin peut être un métal tel que l’aluminium, le cuivre, le tungstène ou l’acier, un non-conducteur métallisé, ou un non-conducteur revêtu de métal tel qu’un plastique revêtu de métal. Le brin doit être électriquement conducteur.

Il apparaîtra à l’homme de l’art que diverses modifications et variations peuvent être apportées à la présente invention sans s’écarter de la portée ou de l’esprit de l’invention.