L’Arme Climatique: La Manipulation Du Climat Par Les Militaires - Patrick Pasin

Les premières tentatives de modification du climat par les militaires ont commencé il y a plus d'un siècle. Pourtant, le public ignore presque tout de ces pratiques censées être interdites. Alors bienvenue au coeur d'un des secrets militaires les mieux gardés, où l'on suit au fil des décennies l'évolution de ces armes de destruction massive, où l'on apprend qu'elles ont été utilisées en temps de guerre et en temps de paix avec de nombreuses victimes, où l'on étudie une douzaine de catastrophes « naturelles » peut-être pas si naturelles que cela... Au fil des pages, on découvre aussi que les militaires ont répandu dans le ciel de grandes villes pendant des dizaines d'année des produits toxiques ainsi que des agents biologiques. Et le pire est sans doute à venir compte tenu des avancées récentes, d'autant plus que la guerre climatique est, par nature, invisible.

Cliquez sur l'image pour découvrir l'ouvrage

Cliquez sur l'image pour découvrir l'ouvrage

L'idéologie du réchauffement - Rémy Prud'homme

L’homme est-il responsable du réchauffement du climat ? Cet essai ne nie pas le réchauffement de la planète dont la température moyenne a augmenté de 0,6 à 0,8 degré centigrade au cours du XXe siècle. Il n’élude pas non plus la possibilité d’une augmentation des températures dans les années à venir. Mais il s’intéresse plutôt au discours apocalyptique qui règne dès lors qu’on évoque ce réchauffement. A la recherche de fondements scientifiques solides, il déconstruit ce faisant le « réchauffisme », mélange de « réchauffement » et d’« alarmisme », discours omniprésent et véritable idéologie. En interrogeant son caractère scientifique, en soulignant ses contradictions et en confrontant ses prédictions avec les évolutions effectives, l’auteur critique le discours « réchauffiste » dans ce qu’il a de simpliste et de réducteur. Pour le dire autrement, ce livre se fait l’avocat du diable dans le procès fait à l’homme à propos du réchauffement et montre comment une science fragile a pu se transformer en idéologie. Une idéologie dangereuse comme toutes les idéologies.

Climat, mensonge et propagande - Hacène Arezki

D’un côté des climatologues alarmistes qui affirment que la Terre se réchauffe par la faute des activités humaines. De l’autre, les climatosceptiques pour qui ce réchauffement a des causes naturelles. Qui
croire ? Parce qu’elle dissimule des enjeux idéologiques et économiques colossaux, une banale controverse scientifique a pris une ampleur considérable, tuant ainsi le débat scientifique. Loin de tout lobby et de toute passion, le géographe Hacène Arezki propose une remise à plat radicale, en répondant aux questions essentielles : Comment mesure-t-on la température de la Terre ? Quelle est l’ampleur réelle du réchauffement climatique ? Ce réchauffement est-il sans précédent ? Faut-il s’en alarmer ? Hormis les activités humaines, quelles autres hypothèses sérieuses peuvent l’expliquer ? Au-delà des aspects historiques et scientifiques, ce livre lève le voile sur les véritables enjeux politiques, économiques et médiatiques du débat sur le réchauffement climatique. L’enquête sur l’épopée d’Al Gore et sur le Climategate, entre autres, est éloquente. Ce livre possède une qualité rare : rendre le débat sur le climat accessible à tous sans sacrifier un instant la rigueur scientifique.

Cliquez sur l'image pour découvrir l'ouvrage

Cliquez sur l'image pour découvrir l'ouvrage

Le GIEC est mort - Vive la Science! - Drieu Godefridi

Résolument à contre-courant dans le débat climatique, l'auteur de cet essai soutient que le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) est une imposture consistant à présenter comme scientifique un projet essentiellement politique, et que cette imposture est la plus formidable de la science moderne par la fulgurance et le caractère planétaire de son succès. L'essai se lit également comme une audacieuse leçon de rigueur administrée par la philosophie à la science. S'opposant aux partisans du GIEC, mais se démarquant également de ce qu'il appelle les gribouillages de Claude Allègre, l'auteur suggère que l'on distingue le débat au sein du GIEC, qui relève des sciences exactes, et le débat sur le GIEC, qui est de nature épistémologique, c'est-à-dire institutionnelle, logique, de méthode. « Ce texte absolument remarquable est exactement ce qui manquait dans le débat sur le GIEC. » Henri Lepage, économiste « Très intéressant essai, en particulier l'analyse de la composition du GIEC et l'abus du mot Science. » Guy Sorman, essayiste « Ce texte est un vrai régal, une analyse parfaite de la logique et des ressorts d'une confusion scientifico-politique et de l'énorme mystification qui s'en est suivie » Henri Atlan, biologiste et philosophe « Cet essai consitue un brillant exercice d'hygiène mentale et de salubrité publique. » Mark Eyskens, ancien Premier ministre belge. Fondateur de l'institut Hayek et chef d'entreprise (Cogito), Drieu Godefridi est juriste et docteur en philosophie (Paris IV-Sorbonne) et l'auteur de nombreuses publications académiques et autres, dont récemment « Le droit public » (2009) et « Arbitraire et droit dans l Athènes antique » (Folia Electronica Classica, 2010). Il est régulièrement invité par les radios et télévisions francophones et anglophones.

Ils s'imaginaient sauver le monde : Chroniques sceptiques de la COP21 - Benoît Rittaud

Ils veulent agir pour notre bien, tous ceux qui tirent encore et toujours la sonnette d’alarme sur les « dérèglements climatiques ». Pourtant, les meilleures intentions du monde n’ont jamais garanti la justesse d’un diagnostic. L’énormité des sommes en jeu impose l’usage de l’esprit critique, et non une adhésion de complaisance. Nouvelle terreur millénariste, le dérèglement climatique n’est rien de plus qu’une illusion parée de science. Un sentiment de toute-puissance conjugué à la traditionnelle culpabilité judéo-chrétienne a conduit à cette nouvelle trahison des clercs et à l’émergence d’un clergé postmoderne composé d’intellectuels s’arrogeant la mission de faire le bien, oubliant leur rôle qui est d’abord de rechercher le vrai. En décembre 2015, la COP21, à Paris, a rassemblé quarante mille négociateurs qui devaient graver dans le marbre un engagement mondial exceptionnel pour réduire l’impact de l’homme sur le climat. Exagérations grossières des risques, vaines envolées lyriques, promesses non engageantes, dénonciation des déviants… rien n’a manqué au barnum dont le seul résultat réel a été que la bureaucratie climatique a fait ce qu’il fallait pour prolonger sa propre existence. Il est temps que les citoyens se demandent s’ils sont d’accord. Mathématicien et essayiste, Benoît Rittaud est maître de conférences à l’université Paris-13 et président de l’association des climato-réalistes.

Cliquez sur l'image pour découvrir l'ouvrage

Cliquez sur l'image pour découvrir l'ouvrage

L'INNOCENCE DU CARBONE - L'effet de serre remis en question - François Gervais

Sauver le climat pour mieux sauver la planète. Belle ambition dont la réalisation semble encore empêchée par un coupable unique, responsable de l'effet de serre et du réchauffement climatique : le gaz carbonique. En effet, que ce soit dans le débat actuel sur la « transition écologique » et dans l'ensemble des projets soumis par les autorités européennes ou dans les propositions de l'acte III de la décentralisation, il est le grand coupable désigné à la vindicte et condamné par une taxation aveugle. Et si ce coupable était indispensable à la vie sur terre ? Et si la taxation systématique du « carbone » » était une erreur funeste et que d'autres approches étaient possibles? Et si nous avions besoin de plus de science pour approfondir la question sur des bases véritablement solides ? À partir d'un point de vue strictement scientifique qui n'esquive pourtant pas le débat, François Gervais s'oppose à la conception univoque et réductrice qui fait du gaz carbonique le responsable de tous les maux et interdit finalement de repenser à la fois les bases d'une solidarité Nord-Sud plus juste et une politique énergétique ambitieuse. François Gervais est professeur émérite à l’Université François Rabelais de Tours. Physicien, spécialiste de thermique et d’infrarouges, il y a dirigé un laboratoire associé au CNRS. Il est membre du Conseil scientifique du Pôle de compétitivité S2E2 "Smart electricity cluster" et Vice-président de Centre-Sciences. Médaillé du CNRS en thermodynamique et primé par l’Académie des Sciences, il a été retenu par le GIEC comme évaluateur critique des rapports de l’organisme.

La guerre secrète contre les peuples – Claire Séverac

On nous dit que ce sont de simples avions de ligne… Dormez bien, braves gens, il ne se passe rien ! De ces traînées blanches laissées par des avions qui pulvérisent sur nos têtes des produits toxiques, transformant nos beaux ciels bleus en plafonds laiteux, au programme Haarp, officiellement destiné à permettre les communications longue distance, mais qui sert à bien d’autres fins… on nous ment sur tout. Le temps qui se détraque, les catastrophes météorologiques à répétition, dus au CO2 vraiment ? Des documents déclassifiés de l’armée, des experts repentis, des scientifiques intègres parlent, eux, de guerre climatique. Quelles meilleures armes que celles qui se dissimulent sous des phénomènes naturels ! Beaucoup d’entre nous ont entendu parler des diverses expériences de la CIA, toutes plus horrifiantes les unes que les autres. Mais combien savent qu’elles touchent le commun des mortels, que nous sommes tous victimes des armes bactériologiques, des implants, des nanoparticules, des mutations génétiques, des manipulations mentales, exposés aux perspectives terrifiantes ouvertes par le transhumanisme et l’eugénisme qui sont le but de nos élites ? Si nous ne nous y opposons pas, demain, ces nouvelles technologies au service des puissants feront de nous au mieux des pions, au pire des esclaves. Plus ou moins tenus secrets, ces projets revêtent tous un alibi humanitaire : la faim dans le monde, le réchauffement climatique, la santé, l’écologie, la sécurité… En réalité, ils obéissent tous au plan d’une oligarchie qui n’a plus besoin de toutes « ces bouches inutiles », comme ses membres nous appellent en privé, et qui se donne ouvertement comme objectif de réduire l’humanité à 500 millions d’individus. Le plus grand génocide de l’histoire est en marche dans la désinformation la plus totale.

Cliquez sur l'image pour découvrir l'ouvrage

Cliquez sur l'image pour découvrir l'ouvrage

L'imposture climatique - Dominique de MONTVALON, Claude ALLEGRE

Après la crise bancaire qui a ébranlé le monde et continue de le secouer, une véritable panique climatique a failli en amplifier les effets. Heureusement, à Copenhague, grâce aux pays du Sud soutenus par Barack Obama, le bon sens, au final, l'a emporté. Jusqu'à quand ? Sous la forme d'un dialogue vif et approfondi, ce livre raconte dans les détails comment une véritable conspiration mélangeant science et politique a pu imposer le mythe du réchauffement climatique – théorie scientifique plus que fragile – à tant d'hommes politiques comme aux médias. Il raconte par le menu comment les ambitions scientifiques et politiques de quelques-uns ont pu s'appuyer sur un affairisme très actif, une technostructure de l'ONU en recherche de justification et un mysticisme pour alimenter la peur et la culpabilité, ferments assurés de déclin. Ce livre-choc documenté, précis et implacable donne, sans langue de bois, les clés de ce qui apparaîtra demain comme le premier scandale planétaire. Avec, en toile de fond, le dévoiement de la très belle idée d'écologie.

La Faillite du climatisme (Les Insoumis t. 9) - The Oyster Club

Depuis longtemps, la question du réchauffement climatique a quitté les sphères scientifiques pour se transformer en une idéologie au service de la gouvernance globale, le climatisme. Cet essai entend démontrer la triple faillite de cette nouvelle idéologie. Faillite scientifique quand le dogme politique prend le pas sur les résultats expérimentaux ; faillite morale quand la censure remplace le débat universitaire ; et faillite économique quand l'Europe s’impose seule le coût faramineux et inutile des énergies renouvelables. The Oyster Club est un collectif de scientifiques et d’intellectuels européens qui analysent les dévoiements politiques des sciences physiques. Il est présidé par le docteur István Markó, professeur de chimie à l’université catholique de Louvain.

Cliquez sur l'image pour découvrir l'ouvrage

Cliquez sur l'image pour découvrir l'ouvrage

La comédie du climat - Olivier Postel-Vinay

« Le changement climatique fournit à mes yeux un matériau de choix pour analyser la comédie du pouvoir et des croyances dans le monde contemporain. Autour de la thèse : la Terre se réchauffe du fait des activités humaines, l’affrontement est violent. D’un coté, les « climatozélotes » qui pensent qu’il n’y a plus de doute et qui ont fait de cette thèse une croyance absolue. De l’autre, les « climatosceptiques » qui pensent avoir relevé suffisamment d’incohérences dans les présentations et les chiffres pour afficher un scepticisme argumenté. Je me considère comme un « climatoagnostique ». Il en va de la thèse comme de Dieu. Pour l’heure, elle ne peut être ni démontrée ni infirmée. L’un des objets de ce livre est d’expliquer pourquoi, d’analyser données et observations, d’interpréter objectivement les résultats. J’interroge aussi la science d’aujourd’hui, sa relation à l’argent, à la politique et aux médias. Comment fait-on la différence entre une croyance collective et une certitude scientifique ? Un débat qui donne naissance à un spectacle quasi shakespearien. À l’exception de l’amour, toutes les passions humaines s’y déchaînent : soif de savoir et de pouvoir, quête de notoriété, goût inavoué pour l’argent, vanité, délire, et même haine jusqu’à l’excommunication ou la mise à mort... » Olivier Postel-Vinay

Climat, j'accuse : Des millions de morts au nom des pays riches ? - Christian Gerondeau

Ils ne savent pas ce qu’ils font. Ils disent vouloir sauver la planète pour le bien de l’humanité. Mais si on les écoute, les conséquences seront dramatiques. Lorsque la plupart des responsables politiques, économiques ou religieux accréditent l’objectif de la conférence de Paris de réduire de 50% les émissions de CO2 à l’horizon 2050, non seulement ils font aveuglément confiance au travestissement de documents scientifiques, mais surtout ils contribuent à la mise en danger de mort de millions d’hommes et de femmes. Car chaque année, plus de quatre millions d’êtres humains meurent parce qu’ils n’ont pas ou peu d’électricité et qu’ils sont intoxiqués par les fumées de foyers domestiques. D’après l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), ce « dirty cooking » constitue bien la première cause mondiale de mortalité humaine. Pour faire cesser cette tragédie et plus généralement sortir de la pauvreté plus de trois milliards d’habitants, il faut avant tout leur donner accès à une électricité abondante et bon marché, que seules peuvent le plus souvent leur procurer des centrales à gaz ou à charbon. Mais, au nom de la lutte contre les hypothétiques inconvénients du CO2, les gouvernements des pays riches voudraient le leur interdire. Heureusement, les pays pauvres ne les écouteront pas, conduisant la conférence de Paris, la COP 21, à un échec total.

Cliquez sur l'image pour découvrir l'ouvrage

Cliquez sur l'image pour découvrir l'ouvrage

Les Apprentis sorciers du climat. Raisons et déraisons de la géo-ingénierie - Clive Hamilton

L'échec répété des négociations internationales sur le climat signifie que nous nous dirigeons vers une hausse globale des températures de 3 à 6 °C d'ici 2100. Celle-ci entraînera des événements météorologiques extrêmes et de nombreuses souffrances humaines. Les espoirs se tournent aujourd'hui vers des technologies qui proposent de refroidir la Terre sans changer notre modèle de développement ni de consommation. Telle est la promesse de la géo-ingénierie et de ses promoteurs, soutenus par Bill Gates lui-même. Pulvériser du soufre dans la haute atmosphère, modifier la chimie des océans, stocker le carbone dans les profondeurs de la Terre : tels sont les projets et les expériences à hauts risques de ces " géocrates " – ingénieurs, scientifiques et hommes d'affaires – qui entendent régler le thermostat de la planète. Clive Hamilton, spécialiste des enjeux environnementaux, pose la question de fond : ces hommes ont-ils le droit de jouer aux apprentis sorciers avec la Terre ? Clive Hamilton est un essayiste, politique, économiste et philosophe australien. Il a déjà publié une dizaine d'ouvrages, dont Growth Fetish (2003), Affluenza (2005), Silencing Dissent (2007), Scorcher : The dirty politics of climate change (2007), The Freedom Paradox (2008) et Requiem for a Species ( Requiem pour l'espèce humaine, Presses de Sciences Po, 2013).

Comment les économistes réchauffent la planète - Antonin Pottier

Vous craignez le réchauffement climatique ? Les vagues de chaleur à répétition, les sécheresses interminables, la fonte de la banquise ? " Vous avez tort ! Le changement climatique c'est 1 % de pouvoir d'achat en moins dans un siècle, alors que le marché le multipliera par sept : ayez confiance ! " C'est du moins ce que disent les économistes. Antonin Pottier dévoile les présupposés de ce discours économique : marchés parfaits qui orientent les investissements, individus qui optimisent leurs décisions dans un univers complètement connu, nature infiniment généreuse. Cette vision du monde est logée au cœur des modèles et des méthodes des économistes. Elle déforme la réalité et fait prendre des décisions surprenantes, comme celle de créer un marché mondial du carbone pour sauver le climat. Elle aboutit surtout à entraver toute action effective contre le changement climatique. Bref, l'avenir de la planète est une affaire trop sérieuse pour être laissée aux économistes ! Antonin Pottier, ancien élève de l'École normale supérieure, est chercheur au Cerna, École des mines de Paris. Ses travaux portent sur les aspects socio-économiques du changement climatique et l'intégration de l'environnement dans la discipline économique. Préface de Gaël Giraud, économiste en chef de l'Agence française de développement, directeur de recherche au CNRS, directeur de la chaire Énergie et prospérité.

Cliquez sur l'image pour découvrir l'ouvrage

Extraits Choisis

Paul Crutzen, prix Nobel pour ses travaux sur la couche d’ozone, Le Monde du 30 janvier 1997

Lorsque des prévisions apocalyptiques furent avancées, on ne connaissait pas exactement l’ampleur de la détérioration de la couche d’ozone. Maintenant on sait que les dégâts sont très faibles. La démonstration a été faite que la couche d’ozone se détériore à un rythme fort ralenti.

Professeur Kunihiko Takeda, Vice-Chancellier de l’Institut de Science et de Technologie, Université Chubu

La peur est une arme très efficace : elle produit l’effet désiré sans grande perte. Le réchauffement global n’a rien à voir avec le CO2 quelle qu’en soit la quantité produite ou avec ce que nous faisons.

Prof. Chris Folland, Hadley Centre for Climate Prediction and Research

Les données ne comptent pas. Nous ne basons pas nos recommandations sur les données. Nous les basons sur les modèles climatiques.

Vous Souhaitez Nous Aider?

Vous souhaitez nous aidez et devenir donateur?

Parce que chaque geste compte pour nous permettre de réaliser les projets que nous souhaitons mettre en œuvre, vous avez la possibilité de devenir donateur de différentes façons si le cœur vous en dit , nous avons besoin de soutien pour mener à bien nos projets alors toute aide est la bienvenue.

Faire un Don

Vous souhaitez devenir Adhérent de l'association?

L’adhésion pour l’année s’élève à 30 euros à compter de la date d’adhésion (équivalent à 2,5 euros /mois). Un compte membre adhérent vous sera ensuite ouvert, vous recevrez les informations par e-mail. Ce compte membre vous permet d’accéder à la partie privée du site internet.

Adhérer

Participer à nos Actions?

Parce que chaque geste et participation compte, vous pouvez vous rendre sur notre page : Nos Actions pour participer à nos actions, nos sondages et pétitions publiques en ligne. C'est en s'unissant que nous pourrons nous faire entendre. Votre avis est important, vous avez la possibilité de le donner librement.

Voir Nos Actions