GREENPEACE – Faux Espoir – Pourquoi le captage et la séquestration du carbone ne sauveront pas le climat – Mai 2008

Le captage et stockage du carbone (CSC) vise à réduire l’impact de la combustion des énergies fossiles sur le climat en captant le dioxyde de carbone (CO2) à partir des cheminées industrielles des  centrales pour l’enfouir ensui te dans  le sol. L’industrie minière prône activ ement la généralisation  de cette technologie pour justifier la construction de nouvelles centrales thermiques au charbon. Le présent rapport, fruit d’une recherche scientifique indépendante, démontre que:Le CSC n e sera pas prêt à temps pour éviter les pires impacts des changements climatiques.Le CSC ne sera pas disponible à grande échelle avant 2030. Or, pour éviter les pires retombées des changements climatiques, les émissions mondiales de gaz à effet de serre doivent diminuer à partir de 2015, soit dans à peine sept ans.Le CSC gaspille l’énergie. Cette technologie consomme entre 10 et 40% de l’énergie produite par une centrale. L’adoption du CSC à grande échelle risquerait d’annuler les gains d’efficacité des cinquante dernières années et augmenter d’un tiers la consommation des ressources.Le stockage du carbone en souterrain pose des risques. Il est impossible de garantir un stockage sûr et permanent du CO2. Un taux de fuite, même très faible, pourrait saper tout effort d’atténuation des changements climatiques.Le CSC coûte cher. Il risque de doubler le coût de fonctionnement d’une centrale et, par conséquent, d’aboutir à une augmentation du coût de l’électricité de 21 à 91%. De plus, les sommes consacrées au CSC réduiront d’autant les investissements pour les solutions durables aux changements climatiques.Le CSC pose d’importants risques en termes de responsabilité. Il constitue une menace pour la santé, les écosystèmes et le climat. L’importance de ces risques reste difficile à cerner précisément.

 

Laisser un commentaire